Un des fils de Mouammar Kadhafi enlevé au Liban puis relâché (OLJ)

Un des fils de Mouammar Kadhafi enlevé au Liban puis relâché
OLJ/AFP

 

 

Hannibal Kadhafi est désormais entre les mains des services de renseignement des Forces de sécurité intérieure.

 

Un des fils de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi enlevé par un groupe armé non identifié au Liban, a été libéré vendredi soir, a indiqué à l’AFP une source de sécurité quelques heures après l’annonce de son rapt. La police libanaise a récupéré Hannibal Kadhafi et va l’interroger, a dit cette source, sans préciser où le fils de Kadhafi a été libéré. Une autre source de sécurité a affirmé à l’AFP que Hannibal a été « enlevé par un groupe armé dans la région de la Békaa alors qu’il venait de Syrie avant d’être relâché dans la nuit de vendredi dans la même région ».

Selon l’Agence nationale d’information (Ani, officielle), Hannibal Kadhafi est désormais entre les mains des services de renseignement des Forces de sécurité intérieure après avoir été libéré par ses ravisseurs et laissé sur la route de Baalbeck-Homs, dans la Békaa-nord. Toujours selon l’Ani, il avait été enlevé après avoir été poussé à s’introduire dans la Békaa via la Syrie.

Né en 1975, Hannibal est marié avec une mannequin libanaise. Il avait défrayé la chronique en 2008, encore sous le règne de son père, après avoir été accusé en Suisse de violences sur des domestiques.

Il est apparu vendredi soir sur une vidéo diffusée par la chaîne libanaise al-Jadeed, pour affirmer qu’il « se portait bien ». La provenance et la date de la vidéo n’ont pas été précisées.
Dans cette vidéo, Hannibal Kadhafi appelait « tous ceux qui ont des preuves au sujet du dossier de Moussa Sadr à les présenter sans tarder », en référence à l’ancien président du Conseil supérieur chiite, disparu au cours d’une visite en Libye en 1978.

 

 

Le charismatique imam chiite avait été officiellement invité en Libye, où il est arrivé en août 1978 accompagné de son bras droit et d’un journaliste. Ils n’ont plus donné signe de vie depuis. Tripoli a toujours affirmé que l’imam avait quitté la Libye pour l’Italie. Depuis, la communauté chiite libanaise tient pour responsable de sa disparition l’ancien dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi.
Le juge Hassan el-Chami, rapporteur du comité national chargé du suivi de l’affaire de la disparition de l’imam Sadr, avait assuré dans la soirée que le comité n’est pas impliqué dans cette affaire.

Après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, certains de ses enfants comme Hannibal, Mohammed et Aicha ainsi que sa femme Safia s’étaient dans un premier temps réfugiés en Algérie. Deux autres fils Saadi et Seif al-Islam sont détenus en Libye et trois autres Mouatassim, Seif al-Arab et Khamis ont été tués lors de la révolte libyenne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s