Guerre en Syrie: Un pays annihilée et des milliers d’enfants laissés à eux-mêmes (Mondialisation.ca)

Guerre en Syrie: Un pays annihilée et des milliers d’enfants laissés à eux-mêmes.
Par Jules Dufour
Mondialisation.ca

 

 

 

Les nombreux rapports des ONG et des organismes des Nations Unies qui nous parviennent de Syrie décrivent la situation catastrophique dans laquelle est plongée la population syrienne. Une véritable hécatombe! Un massacre perpétré par les forces armées occidentales et la Turquie. Des bombardements qui ciblent délibérément des hôpitaux et des écoles. C’est la manifestation la plus macabre de cette guerre qui dure depuis 2011, une guerre qui a fait jusqu’à maintenant, selon les dernières estimations, plus de 270 000 morts et des millions de réfugiés et de déplacés.

Devant ces atrocités il faut s’indigner et manifester notre plus forte réprobation. Tandis que l’Occident s’évertue à qualifier cette guerre horrible de guerre civile il ne cesse de bombarder des établissements humains. Tandis que les forces armées de l’US-OTAN poussent au paroxysme leur cruauté en détruisant un pays tout entier et ce en utilisant l’État islamique comme prétexte de leurs opérations, un prétexte qui a été construit dans l’esprit de la population mondiale. Il ne faut pas être dupe et se laisser berner par les médias mainstream qui ne se lassent pas à rendre ce carnage nécessaire pour éradiquer « l’ennemi ». En occultant la férocité des puissances occidentales l’indifférence s’installe dans l’opinion publique concernant cette tragédie d’une ampleur difficile à mesurer.

Nous proposons, dans cet essai, de présenter les principaux constats faits par l’ONU et les ONG sur la situation des enfants en Syrie et sur les chemins de l’exil.

 

La situation des enfants en Syrie. Des  millions d’enfants victimes de la guerre et des milliers laissés à eux-mêmes 

Photo : Enfants d’Alep

Source : «Va-t-on finalement nous laisser vivre de nouveau en paix entre nous, Syriens?», 14 mars 2016.

 

Les rapports des Nations Unies sur la situation qui prévaut démontrent le sort dramatique qui est réservé aux enfants :

« Quelque 3,7 millions d’enfants syriens sont nés depuis l’éclatement du conflit il y a cinq ans. Cela signifie qu’un enfant syrien sur trois n’a connu qu’une vie de violence, d’angoisse et de déplacements, selon  l’Unicef. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance exhorte dès lors la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin «de protéger une génération d’enfants».

L’Unicef estime que 8,4 millions d’enfants, soit plus de 8 enfants syriens sur 10, subissent les effets du conflit et ce, qu’ils vivent en Syrie ou comme réfugiés dans les pays voisins. Ces derniers accueillent aujourd’hui 10 fois plus de réfugiés qu’en 2012. La moitié d’entre eux sont des enfants, dont plus de 15.000 mineurs non-accompagnés ou séparés de leur famille » ( Un enfant syrien sur trois n’a connu que la guerre.).

La violence est omniprésente

«En Syrie, la violence est devenue la norme. Elle touche les maisons, les écoles, les hôpitaux, les cliniques, les parcs, les plaines de jeux et les lieux de culte», déplore le Dr Peter Salama, directeur régional de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, cité dans le rapport. «Attaquer des enfants sur leur terrain de jeux ou à leur pupitre est un crime de guerre. Ceux qui attaquent ou permettent ces attaques sur des enfants doivent, un jour, répondre de leurs actes devant la justice comme de possibles criminels de guerre», ajoute le président de la force de travail humanitaire pour l’accès en Syrie, Jan Egeland.

« Dans son rapport «No Place for Children», l’Unicef a constaté 1.500 violations graves des droits de l’enfant en 2015. Plus de 60% de ces violations consistent en des meurtres et mutilations d’enfants causés par l’utilisation d’engins explosifs dans des zones peuplées. Dans plus d’un cas sur trois, les enfants ont été tués alors qu’ils étaient en classe ou sur le chemin de l’école. La fréquentation scolaire s’est effondrée face à des dangers. L’organisation estime à plus de 2,1 millions les enfants en Syrie et 700.000 dans les pays voisins à ne pas être scolarisés. Pour changer la donne, l’Unicef et ses partenaires ont lancé l’initiative «No Lost Generation» (Pas de génération perdue) dont le but est de permettre la reprise de l’éducation ».

Des soldats de plus en plus jeunes

« L’Unicef regrette par ailleurs que de nombreux enfants soient recrutés, de plus en plus tôt, dans des groupes armés. Plus de la moitié des cas de recrutement vérifiés par l’Unicef en 2015 concernent des enfants de moins de 15 ans. La proportion était de 20% en 2014. Selon l’organisation onusienne, ces enfants reçoivent une instruction militaire et participent aux combats ou sont déployés au front dans des tâches dangereuses telles que l’approvisionnement en armes et munitions, la garde de postes de contrôle, l’évacuation et les soins aux blessés de guerre. Les parties au conflit utilisent aussi des enfants pour tuer, y compris comme exécuteurs ou snipers. Dès lors, l’Unicef appelle la communauté internationale à prendre 5 mesures pour protéger la jeunesse syrienne, à savoir mettre fin aux violations des droits de l’enfant, lever les sièges et améliorer l’accès humanitaire en Syrie, consacrer 1,4 milliard de dollars en 2016 pour offrir des possibilités d’apprentissage aux enfants, restaurer la dignité des mineurs et renforcer leur bien-être psychologique, et enfin tenir ses promesses de financements alors que l’Unicef n’a reçu que 6% des fonds nécessaires en 2016 pour aider les petits syriens ».

 

Dans un reportage réalisé par Andrey Sternin (SPUTNIK) on voit jusqu’où peut aller l’horreur dans des zones de guerre. L’espérance de vie a baissé de 20 ans :

« Ailleurs, les soins obstétriques sont quasi-inexistants. “Beaucoup de décès sont dus à des hémorragies et à l’impossibilité d’opérer, les accouchements se déroulant à domicile en l’absence de sage-femme”, témoigne Amira, une mère de famille dans une zone dans le nord de la province de Homs (centre). Des enfants sont morts car il n’y a pas de couveuses pour les nouveaux-nés”, explique Aboud, un aide-soignant près de Damas ».

« Pour se nourrir, certains enfants assiégés et leurs familles se nourrissent d’herbes ou d’aliments pour animaux : « Quand on n’avait pas de nourriture, on mangeait de l’herbe. Je mentais à mes enfants et leur disais que l’herbe était comestible mais ça ne trompait personne, l’herbe était immangeable », raconte Hassan, un père de famille de Deir Ezzor (est) ».

Nombre de familles interrogées dans le rapport confient qu’il leur arrive de ne pas manger de toute la journée. “Mes frères et soeurs et moi allons parfois nous coucher sans avoir mangé depuis la veille”, explique le jeune Sami, dans la Ghouta orientale, près de Damas.

Pour se nourrir, certains enfants assiégés et leurs familles se nourrissent d’herbes ou d’aliments pour animaux : « Quand on n’avait pas de nourriture, on mangeait de l’herbe. Je mentais à mes enfants et leur disais que l’herbe était comestible mais ça ne trompait personne, l’herbe était immangeable » raconte Hassan, un père de famille de Deir Ezzor (est). Nombre de familles interrogées dans le rapport confient qu’il leur arrive de ne pas manger de toute la journée. “Mes frères et soeurs et moi allons parfois nous coucher sans avoir mangé depuis la veille”, explique le jeune Sami, dans la Ghouta orientale, près de Damas.

 

La crise migratoire et le sort des enfants. Des enfants seuls réfugiés par milliers (figure 3)

Nous le savons déjà depuis un certain temps. Les derniers communiqués de l’Unicef et du Fonds des Nations unies pour l’enfance décrivent la situation des enfants ou des mineurs qui se déplacent sans être accompagnés de leurs parents. Ils décrivent leur état précaire et parfois lamentable, le tout amplifié par l’arrivée de l’hiver. Au début de février 2016 de plus en plus d’enfants tentent de rejoindre l’Europe: « Ils constituent aujourd’hui 36% de ceux qui tentent la traverse dangereuse entre la Turquie et la Grèce » selon l’Unicef (lapresse.ca, 1er février 2016).

Un enfant près de la frontière attendant d’entrer en Croatie, en octobre 2015

Source : Photo Antonio Bronic, archives Reuters

Conclusion

Les victimes les plus vulnérables sont sans contredit les enfants abandonnés dans les quartiers urbains qui subissent les bombardements ou qui se retrouvent seuls sur le chemin de l’exil. Il faut dire la vérité et la répéter. La « crise » migratoire qui affecte l’UE est un effet collatéral des guerres qui affligent le Moyen-Orient, l’Asie centrale et le continent africain, effet amplifié par la misère et le mal développement.

Jules Dufour

Références

COMMUNAUTÉ. Enfants Syriens, nous ne vous oublions pas. En ligne : https://www.facebook.com/enfantsyriens

DUFOUR, Jules. 2015. L’aube du XXIième siècle. Plus d’armements. Plus de guerres. La spirale de la terreur et de la mort se poursuit (2ième partie). Les interventions et occupations militaires de l’Occident dans le monde. Irak, Syrie, Libye et Gaza. Mondialisation.ca. Le 6 avril 2015. En ligne : http://www.mondialisation.ca/laube-du-xxieme-siecle-plus-darmements-plus-de-guerres-la-spirale-de-la-terreur-et-de-la-mort-se-poursuit-2ieme-partie/5440984

DUFOUR, Jules. 2015. La misère ou la mort. Une tragédie humanitaire sans nom. Les mouvements migratoires Sud/Nord. Mondialisation.ca. Le 21 avril 2015. En ligne: http://www.mondialisation.ca/la-misere-ou-la-mort-une-tragedie-humanitaire-sans-nom/5444417

DUFOUR, Jules. 2015. Le bombardement des hôpitaux en Afghanistan, en Syrie et au Yémen. La cruauté poussée à son paroxysme. Mondialisation.ca. Le 30 octobre 2015. En ligne : http://www.mondialisation.ca/le-bombardement-des-hopitaux-en-afghanistan-en-syrie-et-au-yemen-la-cruaute-poussee-a-son-paroxysme/5485603

DUFOUR, Jules. 2016. L’Union européenne dans la tourmente. L’espace Schengen en voie d’éclatement. Explosion de la crise des réfugiés en Europe. Mondialisation.ca. Le 7 février 2016. En ligne : http://www.mondialisation.ca/lunion-europeenne-dans-la-tourmente-lespace-schengen-en-voie-declatement/5506360

GROUPE DE BÉNÉVOLES SOLIDAIRES. 2016. Mobiliser pour la Syrie. En ligne : http://www.mobiliserpourlasyrie.org/

HANG THE BANKERS. 2016. American Foreign Policy: CIA-backed rebels are fighting Pentagon-backed rebels. Le 25 février 2016. En ligne : http://www.hangthebankers.com/american-foreign-policy-cia-fighting-pentagon-rebels-syria/

METRO. 2016. Un enfant syrien sur trois n’a connu que la guerre. Le 14 mars 2016. En ligne : http://fr.metrotime.be/2016/03/14/must-read/un-enfant-syrien-sur-trois-na-connu-que-la-guerre/

ONU. 2016. Syrie : après cinq ans de conflit, la communauté humanitaire lance un appel à la paix. Centre d’actualités de l’ONU. Les dépêches du Service d’information de l’ONU. Le 11 mars 2016. En ligne : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=36807#.VuW7u5zhC9I

RADIO-CANADA. 2013. Dure réalité pour les enfants syriens dans les camps de réfugiés. Le 30 novembre 2013. En ligne : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2013/11/29/004-enfants-syrie-camp-refugies-onu-rapport.shtml

RTBF INFO. 2016. Syrie: plus de 250 000 enfants assiégés dans “des prisons à ciel ouvert”. En ligne : http://www.rtbf.be/info/dossier/la-syrie-entre-contestation-et-repression/detail_syrie-250-000-enfants-assieges-dans-des-prisons-a-ciel-ouvert?id=9235068&utm_source=rtbfinfo&utm_campaign=social_share&utm_medium=fb_share

UNICEF. Help Syrian Children. En ligne : https://www.unicefusa.org/donate/help-syrian-children/16078?utm_campaign=2016_misc&utm_medium=cpc&utm_source=20160107_bing&utm_content=syria&ms=cpc_dig_2016_misc_20160107_bing_syria&initialms=cpc_dig_2016_misc_20160107_bing_syria&utm_term=%22syria%20children%22

UNICEF CANADA. SYRIE : Une génération est sur le point d’être perdue. Nous pouvons empêcher cela. En ligne : http://www.unicef.ca/fr/syrie-une-generation-est-sur-le-point-d%E2%80%99etre-perdue-nous-pouvons-empecher-cela

UNICEF. Syrian Crisis. En ligne : http://www.unicef.org/emergencies/syria/

UNICEF France. Urgence Syrie. Un million d’enfants réfugiés. En ligne : https://www.unicef.fr/article/urgence-syrie-un-million-d-enfants-refugies

YAHOOACTUALITÉS. 2014. Syrie: 765.000 enfants ont besoin de vaccins contre la polio. Le 22 juillet 2014. En ligne : https://fr.news.yahoo.com/syrie-765-000-enfants-besoin-vaccins-contre-polio-125258209.html 

Vidéos

Syrian Crisis. One Million Refugee Children.

Syrian Refugee Children Speak Out. Unicef.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s