La transition aux États-Unis (Cronopiando)

La transition aux États-Unis (Rebelion)
Par Koldo Campos Sagaseta
Source : Cronopiando - La transición en EEUU
Traduit par Manuel Colinas Balbona
Lu sur LGS

 

 

Koldo Campos Sagaseta

Des fois que ces latrines de la communication oublieraient d’en parler, ce qui ne saurait rater, je vous ferai remarquer que c’est Cuba qui peut aider les États-Unis à mener à bien leur transition démocratique pour qu’enfin ils cessent d’être ce pays qui accumule la dette publique la plus monstrueuse, qui gaspille à lui seul la moitié des ressources de toute notre planète, qui consomme la plus grande quantité de drogues et qui viole le plus les Droits de l’Homme tout en multipliant le nombre de ses indigents et analphabètes et en privant de toute assurance maladie plus de cinquante millions de ses citoyens.

Les États-Unis c’est ce pays qui a mené le plus grand nombre de guerres et qui a mis fin au plus grand nombre de paix, qui possède le plus grand nombre de bases militaires disséminées partout dans le monde, qui a fomenté le plus grand nombre de Coups d’État et qui a renversé le plus grand nombre de gouvernements démocratiquement élus. C’est ce pays-là qu’il faut aider à faire en sorte que les candidats aux élections présidentielles ne soient pas élus par le capital qui s’affiche derrière les vitrines de la Vº Avenue, à Beverly Hills ou bien le dans le cirque électoral et pour que ses citoyens, en plus de voter, aient enfin la liberté de choisir.

C’est cette nation qu’il faut aider parce qu’il est intolérable qu’existent des camps de concentration, dont Guantánamo n’est que le plus connu, qu’existent des prisons secrètes, parce que sont un scandale absolu ces murs gigantesques et honteux avec lesquels on veut isoler ses voisins, parce qu’il est inadmissible que les opposants soient mis en prison dans le monde entier, que ses militaires soient les seuls dispensés de répondre de leurs actes devant les tribunaux internationaux parce que considérés au-dessus de toute loi, tout comme est inadmissible que, son président ayant été assassiné à la suite d’un tordu Coup d’État, son peuple doive attendre 66 années pour que la Justice lui dise la vérité. Et il est tout aussi inacceptable que reste impuni le crime de ses cinq Présidents chaque fois assassinés, à en croire d’obscurs dossiers, par des individus perturbés ayant agi seuls et pour le compte de personne. Et c’est d’un cynisme insupportable qu’en Virginie, au siège de la Central Intelligence Agency (CIA), le visiteur soit accueilli par la biblique sentence « Et la vérité vous rendra libre » alors que sont mis en prison, à l’écart ou en exil ceux-là mêmes de ses concitoyens qui ont précisément osé dire la vérité.

Si quelqu’un doit changer c’est ce « Nord guerrier et brutal » dont parlait José Martí et qui, comme l’a si justement rappelé Hugo Chávez, sent toujours le soufre, ce Nord qui brandit la violence en guise de conduite, inflige la torture en guise de thérapie, pratique le crime en guise de métier et la guerre en guise de négoce et pour lequel on trouve toujours un Nobel de la Paix.

Koldo Campos Sagaseta

Source : Cronopiando – La transición en EEUU

traduit par Manuel Colinas Balbona

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s