[Vidéos] Lumumba, élu démocratiquement par le peuple congolais le 24 juin 1960, assassiné avec le concours de l’Etat belge et des Etats-Unis le 17 janvier 1961

Il n’y aura aucune réparation mais la Belgique impliquée dans l’assassinat du Premier ministre Lumumba élu démocratiquement au Congo-Kinshasa en juin 1960 avait présenté ses excuses officielles pour son meurtre et reconnu simplement une « responsabilité morale » à l’issu d’une enquête parlementaire en 2001. Rappelons que le coup d’Etat mené par la Belgique, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis contre le gouvernement Lumumba avait été associé à la venue au pouvoir du dictateur Mobutu soutenu par les pays Occidentaux et par la répression génocidaire des partisans de Lumumba dans l’est du pays menée avec le soutien de la Belgique, la France, la Grande-Bretagne et les USA au travers de ses « affreux » mercenaires. Une guerre d’extermination qui a fait des centaines de milliers de morts et qui s’était conclu par la mise à mort de Pierre Mulele et le maintien au pouvoir du dictateur occidental Mobutu contre le peuple congolais pendant des dizaines d’année.

Une extermination coloniale à l’encontre des partisans de la démocratie africaine qui valait bien de petites excuses hypocrites de la part d’un pays qui a grandement profité du pillage du Congo-Kinshasa et de l’actuel RDC.

 

 

A environ 1’00 du reportage.
Gérard Soethe, gendarme belge au Congo-Kinshasa, colon belge chargé de découper et de dépecer la dépouille de Lumumba interviewé dans le film « Une mort de style colonial » exhibe un petit paquet contenant deux dents de Lumumba :

– Gérard Soethe : « Un corps d’une personne très importante. Tout ce que l’on fait pour cela. Et ici, j’ai les restes d’une personne historique très importante, les voila ! »
– Interviewer : « C’est tombé ou vous l’avez… »
– G.S : « Arraché. Il avait une denture, une très bonne denture. C’est couvert avec de l’or derrière. Donc un dentiste sait identifier ça. Il m’a déjà fait jurer beaucoup ce Lumumba. Il me fait encore jurer maintenant. »
– I : « Qu’est-ce qu’ils vous a fait jurer ? »
– G.S : « Lumumba ? »
– I : « Ouai ? »
– G.S : « Réfléchissez, réfléchissez. Quand on vient de vous dire, on a tué Lumumba et maintenant vous devez le faire disparaître dans un pays qui n’est pas le vôtre« .
– I : « Vous voulez un couteau non ?  » (pour ouvrir le petit paquet, le journaliste tend un couteau à l’ex-gendarme belge au Katangais)
– G.S : « Allez Patrice, voilà ce qui reste de toi. » et il montre les dents face à la caméra.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s